La plus grande difficulté des dirigeants de PME-ETI.

la BPI a établi un questionnaire précis de trente questions et mené des entretiens dans lesquels les dirigeants de PME et ETI ont pu verbaliser leurs difficultés et leurs attentes.

La difficulté qui arrive en haut de la liste est surprenante et soulève un nouveau tabou : la solitude du chef d’entreprise : 45% des patrons interrogés se disent un peu ou très isolés et seulement 15% des sondés se déclarent entourés.
Dans les PME et ETI, le management est souvent frontal. Le dirigeant est en lutte directe et permanente avec des problèmes de tous types. Il doit assumer seul les conséquences angoissantes de certaines décisions.

Qu’est-ce qui déclenche le sentiment de solitude ?

La concentration du capital et du pouvoir de décision fabrique l’isolement du dirigeant qui sera inévitable par le fait de cette posture, les conséquences opérationnelles seront nombreuses et lui permettront d’exister et surtout d’être indispensable.

Les vraies conséquences macro se cristalliseront et s’exprimeront à travers une limite opérationnelle, une décroissance voir même la disparition de l’entreprise.
C’est pour cette raison que le dirigeant représente à lui seul la limite ou le potentiel de l’entreprise c’est d’ailleurs pour cela qu’il forme et s’occupe de tous ses collaborateurs sauf de lui ! Témoignage d’un dirigeant recueilli sur le questionnaire de réponse .Face aux décisions importantes de sujets stratégiques qui engagent le développement de mon entreprise, je doute de mes propres décisions étant seul à devoir y faire face. Je confonds trop souvent responsabilité et culpabilité.Vous me direz qu’il existe plusieurs experts brillants qui répondent aux solitudes des dirigeants ou à des besoins métiers.

Il est vraie que plusieurs solutions d’accompagnement existent ( Coaching, Conseil en management, en Stratégie, en Organisation, en Digital, en RH, en Finance etc… ) promettant toutes une croissance aux dirigeants.

La réalité c’est qu’il n’est pas convaincu par ces promesses et ces solutions mais pourquoi ?
Premièrement on lui demande une fois de plus de dépenser de l’argent sans connaitre le ROI ni l’impact que cela aura sur le global qui est sa seule préoccupation car les dirigeants aguerris doivent faire face à une globalité des choses et non juste à une expertise métier. De plus le dirigeant représente à lui seul le point central de l’entreprise sur qui tout repose à travers ses objectifs personnels et professionnels qui sont intimement liés. Alors pour ce faire le coach s’occupera de son développement personnel sans comprendre très souvent comment fonctionne une entreprise.

Le consultant en stratégie proposera des solutions sans prendre en compte l’existant et sa capacité de faire, Le consultant en Digital l’équipera d’outils qui ne répondront pas à sa stratégie mais à un besoin opérationnel etc.. les exemples sont nombreux mais les promesses toujours les mêmes : La croissance pour le faire rêver ! Comme si un sujet métier serait plus favorable à la croissance d’une entreprise qu’un autre ? il n’y a qu’un jeune dirigeant commercial qui pense que le sujet numéro 1 de son entreprise est le commerce, il en sera de même pour un ingénieur ou un financier ! Au final le dirigeant portera toutes les responsabilités comme à sa bonne habitude en ayant très souvent dépensés des sommes plus ou moins importantes sur des sujets métiers qui lui auront apportés très peu de croissance voir même l’auront mis en difficulté voir en danger ( un ERP ou un CRM mal intégré par exemple ! ).

Les dirigeants qui ont réussi sur du long terme savent très bien que la croissance d’une entreprise reposera en général sur un ensemble de sujets cohérents et bien orchestrés. Ces sujets reposent sur des arbitrages qu’ils feront seuls et dans le doute et c’est à ce moment précis que les bonnes ou mauvaises conséquences naissent ! Nous apprécions prendre la métaphore de l’avion pour faire comprendre aux dirigeants qu’ils sont des pilotes et non des mécaniciens ou ingénieurs en électronique malgré que ces deux métiers sont essentiels pour faire voler l’avion ! Pour finir, très souvent le seul indicateur qui permettra aux dirigeants d’arbitrer les sujets qu’ils affrontent est ( la jauge à kérosène ), la finance qui au final pressera l’entreprise jusqu’a sa dernière goutte sans avoir crée de valeur !

La solitude du dirigeant et ses nombreux pièges.

Vous aurez donc compris que le dirigeant est une fois de plus seul à comprendre sa situation et ses responsabilités, il pourra donc être compris que par des confrères qui pourront l’écouter voir l’épauler mais jamais l’accompagner par manque de temps et de savoir faire.Seule une personne qui a dirigé plusieurs entreprises dans des contextes différents et similaires ( tailles d’entreprises et de marché) reconvertit en conseiller pourra alors accompagner des dirigeants en fonction de sa méthodologie. Le premier axe de travail consistera à faire sortir le dirigeant de l’isolement dans lequel il se trouve prisonnier pour transformer ses croyances limitantes en un nouvel élan de croissance. Le reste n’est que secondaire ! Le bénéfice sera de lui faire atteindre les objectifs personnels et professionnels du dirigeant qui sont intimement liés pour construire une croissance durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *